compteurs

Les flops sont terminés. Il en reste cet inventaire.

18 décembre 2017 : Le diagnostic est confirmé et notifié : « trouble du spectre autistique sans déficit intellectuel (anciennement syndrome d’Asperger) ». Pour connaître le déroulement des faits, reportez-vous à la page « Récapitulatif des articles… » dans le menu à gauche.

_____________________________________________

Outre plusieurs décennies d’errance psy pour trouver ce que j’avais, j’ai passé quatre années en démarches pour obtenir une évaluation diagnostique d’autisme en tant que femme et adulte ayant dépassé la cinquantaine. Je m’y suis accrochée opiniâtrement, car j’en fais une affaire politique pour que cesse le rejet systématique des femmes, des personnes douées, et des personnes les plus âgées, du diagnostic d’autisme de la part des psychiatres du secteur public. Ceci aboutissant, pour ces personnes, à l’injuste situation de devoir payer des frais exorbitants pour obtenir une simple évaluation de leur autisme dans le secteur privé.

Je voulais être comme un gravier dans leur chaussure : il faut que ces pratiques cessent ! C’est de la maltraitance institutionnelle. J’espère pouvoir continuer de « gravillonner »…

Alors j’ai tenu à jour cette page, pour montrer ce que coûtent à des gens comme moi :

  • le refus de certains médecins de respecter l’article 11 du code de la santé publique
  • les petits copinages, le corporatisme veule ou les intimidations entre psychiatres.
  • le manque de pouvoir de la HAS pour faire appliquer ses recommandations de bonnes pratiques dans les structures du secteur public chargées de gérer les diagnostics d’autisme et leur prise en charge.

Dépenses d’énergie, de temps, de kilomètres… entre le moment de l’envoi de ma première demande d’évaluation pour un TSA et maintenant.

Dernière mise à jour : 18 décembre 2017

Ce « compteur » a été régulièrement tenu à jour :

Nombre d’enfants autistes                                                                  2/3

Nombre d’années d’errance psy                                                         30

Nombre d’étiquettes erronées ou incomplètes                                   5

CRA ou pros de CRA rencontrés                                                           4

Psychiatres hospitaliers rencontrés                                                     3

(pour chercher des solutions)

Évaluation par un CRA ou centre expert                                             0

Passation d’un test relatif aux TSA (avec psy)                                   1

Le 17 juin 2017, avec pré-diagnostic. Cependant, nombre de tests passés antérieurement pour mes évaluations TDA/h sont communs avec ceux de l’autisme. Donc en réalité, bien plus que ça, mais sans que j’en connaisse exactement le nombre, vu que la fonction de ces tests ne m’avait pas été signifiée à l’origine.                                                                                               

Évaluation autisme par un psychiatre hospitalier                             0

Mois écoulés                                                                                         46

Entretiens vains (pour diagnostic d’autisme)                                   13

Sans compter plus de trois décennies de tentatives de psychothérapies diverses, vaines, voire nuisibles.

Entretiens utiles                                                                                        5

Kilomètres parcourus                                                                          7000

Frais kilométriques selon forfait officiel                                         3500 €

Frais SNCF                                                                                           225 €

Tout ceci avec l’AAH pour tout revenu (et conjoint au chômage avec RQTH, ne touchant que 480€/mois).

Phrase bateau « Je ne pense pas que vous soyez autiste » prononcée sans évaluation : 4 fois dont une où le mot « Asperger » fut prononcé comme « aspergé »… dans un CRA, c’est dire… (mais aussi chez mon médecin généraliste, mais je ne l’en blâme pas car il est par ailleurs un excellent médecin, très attentif, curieux, courageux, bienveillant, et pas censé être un spécialiste des troubles neuro-cognitifs).

Raisons pertinentes invoquées : aucune (voir les articles relatifs au parcours, histoire de « rigoler » un peu).

Le foutage de gueule

a duré quatre ans.

 

C’est sans doute utopique, mais j’espère un jour obtenir un remboursement pour ces frais…

J’espère aussi qu’un jour, des représentants du corps médical, de la psychiatrie, des psychologues et psychothérapeutes, de la justice, des travailleurs sociaux, de l’Éducation Nationale… ou un représentant gouvernemental… présenteront, solennellement, des excuses publiques, relayées sur les médias officiels, pour toutes les maltraitances infligées aux autistes de tous âges et à leurs proches, notamment aux mères d’autistes.

En refusant de mettre à jour leurs connaissances, en s’accrochant à des superstitions tout droit sorties de délires de psychanalystes, alors que le reste du monde avançait à grands pas dans la connaissance de l’autisme, la majorité des professionnels Français, a usé de procédés indignes, faisant la honte de notre pays.

La moindre des choses, après tout ce qui s’est passé, et pour tout ce qui se passe encore, serait quand même de demander solennellement et médiatiquement pardon à ceux qui en firent les frais.

On attend…

.

 

Publicités