LÉZÉKRANS – 2

Les autistes et leurs proches, lésés et à cran, ne sont pas forcément aussi dupes qu’on l’imagine.

Version seconde de la première, en forme d’hypothèse tout droit sortie d’esprits possiblement sagaces, sachant que ça pourrait agacer, voire que ce soit « tôtâââllement faux voyons ! » (à lire avec voix de Castafiore), mais ce n’est pas grave, ici on est entre autistoïdes, alors personne ne va nous croire puisqu’on est autistes, donc pas tout à fait d’équerre dans nos têtes… On va dire ça comme ça, hein…

Ben ouais, vous savez… Je suis autiste, alors je suis un peu stupide et parano, hein ? (Joke, of course).

Zut ! Je suis censée ne pas être capable d’ironie… alors le sarcasme, n’en parlons pas ! (joke again… no : sarcasm !).

Il y a des discussions entre esprits « tordus »1 que nous sommes, et puis parmi nous, il y a aussi des esprits investigateurs. J’en ai un dans ma tête, mais pas tout à fait au point et un peu fainéant, j’en conviens. Alors comme j’ai trouvé bien meilleure détective que moi, je resterai dans le registre de la conjecture intuitive. Pour la traçabilité, il y a de fins limiers que je n’égale pas. Mais qui cherche trouve.

De mon côté, j’ai lu des trucs… qui m’ont aidée à mieux piger ce qui se trame dans les interactions et stratégies humaines (ou pas, d’ailleurs). Faut que j’aille dégoter un portrait photo de l’un d’eux, tiens ! Je le mettrai peut-être à la fin du billet, pour que les initiés qui auraient éventuellement eu l’heur de le croiser dans quelque soirée mondaine le reconnaissent (en supposant qu’ils aient accès à une machine à remonter le temps, bien sûr).

 

FICTION

(Attention : théorie du complot inside)

Certes un peu capillotractée, mais quand même :

 

Supposons une réunion secrète à visée stratégique, dans quelque inaccessible milieu autorisé2.

Panique dans l’assemblée car « tout va mal ». Objections et lamentations pleuvent :

Les CRA sont débordés de demandes de diagnostics d’autisme. Ils demandent des subventions pour recruter et former du personnel pour recevoir les personnes et les familles. Il faut absolument les désengorger parce qu’on ne va quand même pas continuer d’augmenter leurs subventions, les caisses sont vides !

Les usagers s’informent via les moteurs de recherche, les groupes, associations et les réseaux sociaux, alors ils apprennent des trucs et ne perdent plus leur temps en errances : ils vont droit aux CRA, c’est la cohue ! Pitié ! Nous sommes débordés !

Les gens discutent entre eux et confrontent leurs observations, ça les rend nerveux. C’est pénible de les voir arriver déjà informés : on ne peut plus rien leur apprendre ni leur faire gober sur l’autisme !

Les dernières réformes scolaires n’ont pas été foutues d’améliorer le niveau des compétences des mômes. Faut absolument trouver un truc pour disculper l’Éducation Nationale.

Il y a trop de chômage. Alors si les bonnes femmes pouvaient arrêter de chercher des emplois et se cantonner à rester au foyer, ce serait pas mal… Faut leur trouver des raisons de renoncer.

Alors…

 

Conseiller « X » se lève et parle :

Voilà les gars… J’ai un super plan qui va arranger tout ça :

On pourrait faire un truc d’enfer avec tout ce bordel, qui pourrait repousser le problème, au moins jusqu’aux prochaines élections, les successeurs se démerderont avec, ce n’est pas notre souci.

Primo : dissuader le public d’aller dans les CRA, et faire diversion. Pour ça : désinformer en diabolisant les outils d’information, semer le doute.

Ça tombe bien : les parents Français ont horreur qu’on leur annonce que leur gamin est autiste. C’est quand même vachement moins humiliant de se dire que c’est de la faute des tablettes et autres ordinateurs, vu que les jugements pourris qui entourent les parents d’autistes ne les encouragent pas à admettre d’avoir autisté leur rejeton. Alors leur pondre un bon gros hoax pour les rassurer : facile !

On va leur dire que ce sont les écrans qui rendent autiste et que les enfants autistes guérissent quand on les leur retire.

On va dire :

« les écrans ».

 

Surtout, ne va pas préciser s’il s’agit de télévision, smartphones, tablettes, ordinateurs portables ou de bureaux, avec ou sans clavier, avec ou sans souris, avec ou sans le son, interactifs ou passifs… non. Si on précise quels sont les écrans incriminés, ce sera un bide complet. On va tout mettre sous le même vocable « les écrans », histoire de bien amalgamer tout ça, afin que le plus grand nombre se sente concerné.

Surtout : ne pas différencier pour obtenir un bon gros cumul. Si on dit « les écrans », ça ne veut rien dire mais ça fiche la trouille.

Il n’est de pire ennemi que celui qu’on ne peut nommer précisément. Pour mieux effrayer, restons flous dans les termes employés.

On a en stock une info selon laquelle une généraliste bien baratineuse, qui semble s’intéresser au créneau « effets des écrans sur les gamins » et a pondu le concept « d’autisme virtuel ». Pour le moment, elle a publié des vidéos sur Youtube et c’est comme ça qu’on l’a repérée. Il suffit d’un déclic pour la faire démarrer comme un bolide sur le sujet. Il faut – autant que possible – qu’elle s’imagine avoir initié sa campagne elle-même. Et comme elle ne semble pas manquer de narcissisme comme d’opiniâtreté, elle ne démordra pas. Un bon petit soldat qu’on a dégoté-là !

Souvenez-vous que rien n’est plus facile que d’amener l’arriviste là où on veut le faire échouer, tout en récoltant le fruit de la pagaille qu’il aura semée.

Et les réseaux sociaux constituent le tremplin idéal pour balancer les fake news.

De toutes façons, cons comme ils sont, les gens qui vont sur Youtube et Facebook vont gober tout ça sans moufter. Et quand ils se rendront compte que c’était bidon, les CRA seront un peu désengorgés, ce qui nous laissera du temps. Bon ok, ça va faire plein de mômes faussement « diagnostiqués » avec une addiction aux écrans, mais comme dans un premier temps, les parents vont y croire, ils reporteront leur décision de les amener voir des spécialistes de l’autisme. Mais pour après, on s’en fout : on ne sera plus aux manettes et l’équipe qui succédera se coltinera le merdier. Ce sera notre cadeau empoisonné pour les mettre en difficulté.

Et puis, comme notre marionnette est agent de la fonction territoriale, on va la laisser faire en lui laissant entendre qu’elle n’a rien à craindre. Vu le grabuge que ça va faire, il est clair qu’elle ne pourra pas conserver son poste, mais elle aura droit à une mutation dans un coin peinard et à l’abri des regards, ou peut-être qu’elle choisira de monter son cabinet privé de désintoxication des écrans, via la méthode trucmuche censée « anéantir l’autisme »… En tous cas elle aura du taf.

 

Les bénefs :

 

1) Les gamins (comme leurs parents) vont rester ignares en matière d’usage de l’outil informatique.

2) On invente un nouveau créneau diagnostique dans lequel rien ne pourra se structurer, vu que ça repose sur du vent. Ça va être un sacré bordel !

3) Avec cet os à ronger, le public va lâcher la grappe à l’Éducation Nationale et aux enseignants pour leurs réformes merdiques.

4) L’Éducation Nationale pourra s’en laver les mains et dire aux parents que si leurs lardons n’apprennent rien à l’école, c’est à cause des écrans.

5) Ça fera moins d’AVS à recruter…

6) En l’absence de solutions concrètes comme de diagnostics clairs d’autisme, les parents vont se retrouver débordés et comme en général ce sont les mères qui se coltinent les galères quand un enfant est handicapé, elles seront moins disponibles pour chercher un emploi, ou lâcheront celui qu’elles ont déjà, pour rester au foyer. Ça fera baisser les stats du chômage.

7) Le public comme les parents vont rester toujours aussi ignares sur l’autisme, comme ça les petits copains psychanalystes infiltrés dans le service public seront satisfaits jusqu’à la retraite.

8) On ouvre la voie d’une nouvelle niche économique pour tout ce qui permettra de nourrir la peur des écrans et les moyens d’y pallier, qu’ils soient ou non efficaces.

On a une journaliste d’investigation qui nous court depuis un moment sur le haricot à fouiner dans nos affaires sur une chaîne publique… On aimerait bien la coincer, mais elle fait de l’audimat. Alors on pourrait lui refiler une super patate chaude pour la décrédibiliser.

Il va suffire de lui souffler cette nouvelle affaire des écrans. Trouver un prétexte pour lui dire que c’est urgent, qu’elle ne dispose pas d’assez de temps pour procéder à une enquête, trouver des interlocuteurs sérieux. Elle aura la toubib et quelques autres éventuellement, et devra tourner vite son docu pour faire le buzz dans un premier temps. Puis comme ça va certainement soulever un tollé, hop ! Chute de crédibilité, scandale, déshonneur…

Donc en 9 : Hop ! Journaliste encombrante au placard !

On dit « merci qui » ?

 

Macchiavelli
« En toute franchise, je me demande de plus en plus souvent si je n’aurais pas gâché ma vie à écrire pour des brêles. »3

Oh, bien sûr, les faits ne se sont sans doute pas déroulés de la sorte : on peut supposer un enchevêtrement de plusieurs mécanismes. Mais je pense ne pas être bien loin de la réalité des procédés utilisés.

Cependant, si toutes ces coïncidences ne sont que le fait du hasard, que tout ce cirque médiatique n’est que fortuit et involontaire, je présente d’avance mes excuses pour ces déductions retorses. Je ne suis qu’une pauvre femme un peu dérangée !

Je dois avoir l’esprit mal placé pour soupçonner de telles choses… Ou alors j’ai peut-être quelques relations qui réfléchissent, connaissent la chanson… Enfin bref : j’ai discuté avec des gens pas trop cons et quelques hypothèses en sont sorties.

Mais quand même : la longévité des impostures s’est sérieusement amoindrie, ces dernières années.

© Blandine Messager – 2018

 

(1) – En l’occurrence : plutôt pas.

(2) – Coluche : « Les journalistes »

(3) – Machiavel, ou presque (citation parodique).

Publicités

4 réflexions sur “LÉZÉKRANS – 2

  1. J’ai mis toute une nuit à comprendre la signification du « joke again… no : sarcasm ! »… Hum. Sinon, alors peut-être qu’ils n’ont pas eu une réunion ainsi avec discussion et mise au point du plan détaillé mais c’est fortement plausible comme théorie. J’ai bien envie de dire que ce n’est même pas du complot mais juste de la politique simple et devenue normale, des manipulations avec les médias qui me paraissent… Personnellement je ne suis ni choquée ni interloquée de cette idée qui me paraît somme toute leur mécanisme habituel en fait. Ce n’en est même plus choquant… Tout le monde sait mais personne ne dit rien (tiens, ça me rappelle une autre problématique ça). Par contre, je ne sais pas si ce sont les CRA qu’ils avaient à coeur pour les économies… Ou les allocations handicap qui découlent de l’après diagnostic, ainsi que toutes les procédures mises en place et effectivement, la possibilité de ne pas travailler pour quelques diagnostiqués qui ne peuvent pas « les fainéants à nos frais ! ». Alors que si l’on a pas de diag’ officiel, pas d’allocations, pas d’adaptations et pas d’excuses pour ne pas bosser. Et donc moins de dépenses pour eux. (honnêtement, je ne pense pas qu’ils en aient quelque chose à faire de l’engorgement des CRA, si ce n’est ces soucis d’embauche). Oh pour les AVS… Changeons le statut des profs à côté, baissons les salaires, enlevons-leur le statut de fonctionnaire et la sécurité qui va avec, c’est le chef d’établissement (évidemment très compétent sur ce point méoui méoui) qui choisira… Et mettons un bonne grosse sélection à l’entrée de l’université, réduisons son budget, donc supprimons des licences, des TD, des compensations (des trucs qui permettent de réussir et coûtent de l’argent, parce que même si ces individus ont un emploi… Il coûtera cher. Qui en fait permettent surtout d’apprendre à penser en autonomie avec un esprit critique « Oh mon dieu ! Infamie ! Ils pensent ! Et c’est nous qui leur permettons cela ?! Nous devons agir !), des restos U, comme cela au final nous pourrons supprimer des postes en université. L’accès au savoir se privatisera et se limitera, notre population sera orwellienne. Bingo. Les gens désinformés se la fermeront. (et ça, je ne me suis jamais dit que c’était du complot… Au contraire, ça me paraissait trop facile.). Ok j’ai dérivé de l’autisme… Même si tout est un peu lié dans le fond, d’avoir une population désinformée, juste ouvrière, faire des économies… Et toutes ces histoires d’école inclusive de toute façon c’est fini dès le lycée et la fac donc les gamins sont perdus alors ils peuvent bien laisser la mise en place, derrière ils flingueront. Faut bien donner un minimum à ronger au chien afin d’éviter qu’il se révolte.

    Aimé par 1 personne

    1. Juste un petit aparté n’ayant rien à voir avec votre commentaire…

      Je suis allée visiter votre blog et j’y trouve un portrait d’Asimov qui se balade depuis des années en différents endroits de mon ordinateur, en icône/miniature pour des dossiers.

      Il fut un des auteurs qui marqua le plus mon adolescence. Lors d’un voyage en train, quand j’avais douze ans, une personne face à moi lisait « Face aux feux du soleil », et le titre comme l’illustration de couverture m’avaient suffisamment captivée pour qu’en arrivant, je sorte mon argent de poche pour me procurer le bouquin. Puis de fil en aiguille, j’avais dévoré tout Asimov, entrant ainsi dans le monde du roman de science fiction, que je n’avais alors abordée que via la BD.

      Je le cite parfois aussi dans mes écrits, comme pour le concept de « robloc » par exemple.

      Et j’ai une petite anecdote qui le relie aux poulpes : un vieux membre de Mensa US et ami d’Asimov, rencontré lors d’une réunion dans les années 90, m’avait raconté – hilare – que son surnom y était « Octopus », parce qu’il avait tendance à beaucoup toucher les personnes de ses mains « palpeuses », comme s’il avait eu des tentacules. Le « roi de la SF » et « père de la robotique » devenant ainsi, à mes yeux, un être humain avec ses travers et… des mains (mais alors : plein !). Rires…

      Aimé par 1 personne

      1. Ha ha ha ha pour l’anecdote du poulpe, je la garde ! Merci ! Maintenant je l’imagine en poulpe sur sa machine à écrire… peut-être est-ce son secret pour avoir été si prolifique hé hé ?
        Personnellement, c’est ma mère qui l’avait lu lors de son adolescence qui me l’a introduit. Une première fois vaguement, m’en parlant au détour d’une séance de « maman je te prends tes livres, je veux des livres ». Puis lorsque j’étais à l’hôpital, avec mes TCA, j’ai commencé… Et cela a été la révélation soudaine, j’ai moi aussi tout dévoré et me suis tellement sentie proche, tellement sentie bien en le lisant que lorsque j’ai pensé à la thèse, j’ai simultanément pensé à lui ! C’est devenu mon totem littéraire. Par contre, bien que je sois en lettres, je fonctionne par auteurs plus que par et genre et ne me suis pas particulièrement approchée du reste de la SF, rapidement K.Dick, mais en BD ça m’intéresse ! Auriez-vous des références, qui vous ont plu, que vous voudriez conseiller, etc. à me transmettre s’il vous plait ? (les X-mens je connais, c’est déjà cela !);
        C’était une ancienne édition ? Les couvertures étaient si colorées et animées !
        Je ne sais pas pourquoi il nous plait tant, j’ai vu qu’Alexandra Reynaud aussi l’avait apprécié ! Alors, certains parlent d’un asperger chez lui, je n’en sais rien en tout cas il a un truc duquel je me sens très proche… En tout cas touchée.
        Vous avez lu d’autres auteurs qui vous ont marqué par la suite ?

        Je ne pouvais résister… Il fallait mettre une photo de lui. C’était… Plus fort que moi… 😉

        Oui j’ai vu le robloc, le gel mental 🙂 Encore une fois, plusieurs personnes trouvent que ses robots ou Calvin ressemblent à l’autisme dans leur fonctionnement et leur personne… J’ai toujours bien aimé Daneel… Même si il a des tendances mégalos, quoique, il dit que c’est pour le bien de l’humanité alors… mais Dors Venabili, si vous vous souvenez, m’avait aussi pas mal parlé ! Enfin bref, je ne vais pas m’étendre encore, je suis contente d’avoir eu un retour sur lui !

        Il a obtenu son permis très tardivement aussi, de son propre aveux, des problèmes de coordination, une catastrophe ambulante en voiture selon ses proches ! Comme quoi… Les petits « travers » même des grands 🙂

        (par contre si il faisait le poulpe, je n’aurais pas apprécié de le rencontrer et me trouver à portée de tentacules…)

        J'aime

      2. Pour la BD de SF, voici quelques références qui m’accompagnèrent (années 60-70-80 car j’ai complètement décroché après) :

        Poïvet : « Les Pionniers de l’Espérance » (Pif)
        Sydney Jordan : « Jeff Hawke »
        Philippe Druillet (Lone Sloane…)
        Caza
        Moebius (Giraud) (avec Jodorowsky)
        Corben
        Schuiten & Peeters
        Enki Bilal
        Christin et Mézières (Valérian)

        Pour les périodiques, il y eut : Pif, Pilote, Metal Hurlant…

        Auteurs SF (classiques) de romans en vrac : Asimov (donc), Van Vogt, Zelazny, Sturgeon, Silverberg, Philip K.Dick, Bradbury… Franck Herbert (Dune), Arthur C.Clarke (2001 et la suite)…

        Je ne lis plus de SF depuis le début des années 90. Maintenant, je lis de temps en temps des thrillers ou des polars mais de façon très ponctuelle, excepté pour les romans de Fred Vargas, que je dévore à chaque fois et un peu de Thilliez.

        Sinon, on m’a recommandé récemment de lire « Les Annales du Disque-monde » de Terry Pratchett qui, paraît-il, est désopilant (SF fantasy humoristique). J’ai bien envie de m’offrir ça parce que la SF sérieuse ne m’intéresse plus. Alors je vais essayer un peu la SF déjantée, voir si ça me plait…

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s