Le coup du BOL

Bol bleu

J’aurais pu avoir un coup de bol, mais non. Ce fut juste le coup DU bol et c’est un crime de lèse majesté.

Son Altesse a ses habitudes : son bol préféré (celui qui me sert le soir pour mon coup de pisse-mémé) avait une place attitrée dans le buffet.

Puis un soir, le breuvage fumant dans la théière (la théière du soir, pas celle du matin ni de l’après-midi, il va sans dire), j’ouvre le buffet pour y quérir mon bol à fleurs.

Pas de bol. Disparu !

Bol absent

Dépitée, j’en prends un autre.

Lendemain : rebelote.

J’ai retourné la question dans tous les coins de ma tête, pour savoir à quel endroit ce bol aurait pu se retrouver, jusqu’à soupçonner un complot fomenté en « haut lieu » (à un mètre quatre-vingt un) pour me faire tourner en bourrique.

Et ainsi de suite durant les quinze jours suivants, où mon stress n’a fait qu’augmenter un peu plus chaque soir, puis j’ai vraiment poussé ma gueulante :

« Putain …

(pardon mais c’est comme ça que je parle en vrai)

… mais ça fait quinze jours que je cherche MON BOL et que je suis OBLIGÉE d’en prendre un BLANC, alors que les BLANCS c’est pour l’APRÈS-MIDI, BORDEL ! »

Alors mon « haut lieu » d’un mètre quatre-vingt un : « Mais ton bol il est à sa place et n’a pas bougé depuis quinze jours ! Retourne voir ! »

J’y retourne encore, ne le trouve pas.

« Bon ben alors maintenant tu ouvres le buffet, tu te places devant et tu fais bouger tes yeux ! »

Je me suis mise devant (de très très mauvais poil), j’ai fait bouger mes yeux… rien… puis au bout d’un interminable laps de temps indéterminé, j’ai fini par le trouver : sur la même étagère, trente centimètres sur la gauche, bien en vue.

Bol à gauche

Trop contente de le retrouver, je ne me suis pas mise en colère. L’euphorie m’a permis de lui demander GENTIMENT ce qui avait bien pu se passer.

Tout simplement, quinze jours avant, il l’avait sorti du lave-vaisselle et posé là. Ou plutôt là où il y avait de la place au moment où il l’a posé. Puis il a vu que je le cherchais mais n’a rien dit, espérant que je le trouverais toute seule, puis il en a fait un jeu, m’observant chercher pendant quinze jours… puis voyant que ça risquait de tourner mal, s’est résolu à me guider pour le retrouver.

Je ne lui en veux pas, je reconnais que c’est marrant, même si ce n’est pas bien de se moquer.

VVCJV !

 

Bol à sa place

© Blandine Messager – 2016
Publicités

2 réflexions sur “Le coup du BOL

  1. Ha ha je me reconnais totalement dans ton « haut lieu » de 1m81 à deux détails près, c’est que je ne fais que 1m60 et que je serai bien incapable de le laisser mariner 15 jours, c’est de la torture la…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s