Surcharge sensorielle : quelques vidéos pour comprendre

Surcharge V
Les couleurs qui crachent, c’est fait exprès !

Nous devons beaucoup à Olga Bogdashina pour son ouvrage concernant le traitement des influx sensoriels chez les autistes : Questions sensorielles et perceptives dans l’autisme et le syndrome d’Asperger

Cet ouvrage interpelle les psys et médecins notamment, afin qu’ils sortent du cadre de la triade autistique pour diagnostiquer et soutenir les autistes. Car en amont de la triade autistique, c’est bien le fonctionnement sensoriel particulier qui caractérise l’autisme, et non l’inverse. La majeure partie des témoignages d’autistes sur le web évoque ce fait, le hurle, même ! Mais il semble que dans le monde des professionnels de l’autisme beaucoup soient encore très en retard en ce domaine, continuant bêtement d’ânonner la triade, sans même en comprendre l’origine sensorielle.

C’est dommage. Il serait temps de se mettre à jour !

Pour mieux aider à comprendre, des personnes autistes se sont emparées des outils de communication pour réaliser des « échantillons visionnables » (donc audibles aussi), pour mieux exposer la notion de « surcharge sensorielle » dans l’autisme.

La surcharge sensorielle (EN : sensory overload) est la clé de la compréhension de l’autisme, et probablement l’unique, permettant d’en mesurer la profondeur. Tout le reste n’est que superficiel, conséquences, effets secondaires. Il va falloir se résoudre à le comprendre une fois pour toutes.

Alors voici une petite sélection des vidéos qui me semblent les plus intéressantes sur la notion de surcharge et sur l’origine sensorielle des troubles remarqués dans l’autisme.

Pour le moment, les odeurs, saveurs et textures ne sont pas encore traduisibles par ces moyens, mais déjà, la vue et l’ouïe peuvent suffire à comprendre.

Avant tout visionnage, pensez à chausser votre casque audio (ou allumez vos enceintes), et passez en mode plein écran.

D’abord, une paire de vidéos : la première en panoramique (360°), la seconde étant la même en version simple. Où l’on voit (de façon un peu trop light à mon avis) ce que perçoit un petit garçon accompagné de sa mère dans un centre commercial. Cette vidéo a le mérite de tenter de traduire un environnement sensoriellement trop stimulant pour un enfant autiste.

Carly’s Cafe : une jeune femme autiste non verbale nous explique en voix off comment une situation sociale simple peut devenir un enfer quand les sens sont agressés par l’environnement et qu’on n’a pas la possibilité de dire ce qui ne va pas ni ce qu’on veut. Sans être non verbale, il m’est arrivé maintes fois au cours de ma vie de me trouver confrontée au choix des autres sans pouvoir verbaliser mon inconfort, jusqu’à saturation. En effet, pour une personne dans le spectre (et même si elle est verbale !) il n’est pas toujours possible de dire ce qui ne va pas. Pour une simple raison : on ne nous fournit pas le « mode d’emploi » : tant que je n’ai pas su qu’il était possible de formuler un choix verbalement, j’ai dû subir les choix des autres. Beaucoup d’autres se reconnaîtront dans ce que je viens de dire ici…

D’une façon esthétiquement fine et intéressante, la vidéo de la National Autistic Society nous montre comment des influx sensoriels simples du quotidien peuvent envahir la personne autiste au point de l’amener dans les retranchements du « shutdown » (retrait sensoriel et social, fermeture ou mutisme sélectif, qui peut parfois précéder le « meltdown », à savoir une forme d’orage émotionnel difficilement contrôlable).

Autisme Ontario nous présente « L’expérience sensorielle » : une très belle série de vidéos auxquelles on peut accéder en cliquant sur les liens présentés dans le film de présentation. Ces documents sont très bien ficelés, avec une esthétique irréprochable. Reste que ça manque de rudesse pour un public européen, où les conditions de vie sont loin d’être aussi feutrées que dans les écoles, bâtiments et véhicules Canadiens, du fait du niveau de vie matériel moins développé chez nous (les bâtiments scolaires sont plus vétustes en France, les véhicules moins spacieux, la plupart des enfants se rendent au collège par leurs propres moyens et souvent via les transports scolaires Ô combien effroyables, les préaux sont abominables sur le plan phonique, l’heure du repas au restaurant scolaire est un cauchemar auditif, les salles de sports sont des boîtes d’échos bien pires… etc.). Donc on nous montre déjà là quelque chose de stressant, mais très en dessous du niveau de stress inhérent à la réalité quotidienne des collégiens Français.

Et pour finir, la vidéo qui me parle le plus, réalisée par Craig Thomson, un internaute doué, qui a très bien su rendre la réalité de la rue au travers des perceptions d’une personne autiste. Tout y est : la lumière solaire éblouissante, les sons, les fissures dans les murs ou le sol, les petits objets divers qui jalonnent le parcours sur le trottoir, les dalles de gouttières… maints détails parasites qui font de la moindre incursion à l’extérieur une expédition à haut risque.

Possible que cette liste s’enrichisse d’autres vidéos, donc à suivre…

© Blandine Messager – 2016
Publicités

5 réflexions sur “Surcharge sensorielle : quelques vidéos pour comprendre

    1. Merci Rose. Je suis aussi allée faire un tour sur votre blog, où j’ai trouvé un texte magnifique. « Tellement parlant » lui aussi, que je l’ai relayé ailleurs. C’est si bon de voir qu’on est pas seul(e) à vivre certains événements dans les mêmes conditions…

      Aimé par 2 personnes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s